Photo gare d'AurayAutre article qui m’a interpellé : il s’agit de la ligne Bretagne à Grande Vitesse (BGV) qui va mettre Quimper à 3 heures 10 de Paris … sous réserve de suppression d’arrêts. C’est ce qu’aurait annoncé le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, en visite en Bretagne ces jours-ci. La ville d’Auray va t’elle en souffrir en ayant moins d’arrêts de TGV qu’aujourd’hui ? Comment comprendre que les collectivités du Pays d’Auray aménagent un Pôle d’Echange Multimodal (PEM) à Auray si c’est pour voir les TGV passés ? Pour moi il n’est pas envisageable de voir réduire le nombre de dessertes TGV sur Auray, au contraire tout appelle à leur accroissement pour accompagner l’essor démographique annoncé par l’INSEE. Cette modernisation ne doit pas accentuer la concurrence entre les territoires et aires urbaines du Sud de la Bretagne mais servir leur population et aider à leur développement économique. D’ici 2017, date de la mise en service de la nouvelle ligne entre Le Mans et Rennes, il nous faut être vigilants et attentifs aux propositions à venir de la SNCF.

A l’agenda de cette rentrée il y a aussi la journée de mobilisation du 10 septembre prochain pour défendre les retraites et refuser tout recul social en la matière. En annonçant qu’il va falloir encore travailler plus longtemps pour prétendre à une retraite le Président de la République et son gouvernement entérinent les réformes de droite passées, qu’ils n’ont de cesse dénoncées auparavant, en les renforçant dans leur Manif Sécuaspect négatifs au détriment des besoins et attentes exprimées dans la rue en 2010 et dans les urnes en 2012. Une fois de plus les injonctions de Bruxelles sont entendues et le patronat sort gagnant des pseudos négociations menées cet été entre le gouvernement et les partenaires sociaux : en contrepartie d’une légère hausse de cotisation vieillesse et du coût des mesures de pénibilité il va bénéficier d’une réduction massive des cotisations familles. In fine les salariés et les retraités vont être les seuls à supporter les conséquences financières de cette énième réforme sous la forme d’un allongement de la durée de cotisation, d’une hausse de leurs cotisations sociales et/ou de leurs impôts et d’une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat. Et il y a à craindre de voir la facture se corser avec les projets de lois de finances 2014 et de financement de la Sécurité Sociale 2014 qui vont être débattus au Parlement dans les prochains mois. Toujours est-il qu’en actant, après le crédit impôt compétitivité sans contre partie et contrôle et la transcription dans la loi de l’accord sur la flexisécurité, qu’elle est favorable à l’allongement de la durée du temps de travail la Gauche au pouvoir vient de donner un nouveau signe fort au patronat et aux forces de l’argent, c’est à marquer d’une pierre … noire !

Enfin en cette rentrée nul ne peut rester insensible à la situation internationale avec ces appels des « va t’en guerre » pour punir le pouvoir Syrien comme le dit le Président Hollande. Oui il faut condamner l’utilisation d’armes chimiques et sanctionner ceux qui s’en servent notamment contre les civils. Pour ce faire les Etats de la planète se sont dotés d’un outil : l’Organisation des Nations Unies (ONU). S’il revient aux grandes puissances de donner le « la » il n’en reste pas moins nécessaire et impératif qu’elles doivent avoir l’aval de l’ONU et de leurs Parlements respectifs. En cela le Président Hollande doit entendre par un vote les parlementaires français.