ASSEMBLEE-ILLUSMonsieur le maire, nous sommes amenés à revoir la composition de certaines commissions permanentes suite à la redéfinition des délégations de trois de vos adjoints. Je ne reviendrai pas sur vos motivations, mais sachez que ce n’est pas à « un vieux singe que l’on apprend à faire la grimace », il suffit de se reporter à la page 441 du Procès Verbal du 15 décembre dernier pour y trouver « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». (1)

Quoiqu’il en soit, au regard des motifs énoncés, à savoir :

  • Les deux grands chantiers structurant pour la ville que sont le PEM et l’Hôtel Dieu ;
  • Et que, pour les mener à leur terme, vous chargez votre adjoint R.Allain de vous y aider en cohérence avec son action à AQTA en tant que vice-président en charge de la gestion des zones d’activités de la communauté de communes et non du développement économique en général;

Permettez-moi ces quelques remarques et questions.

J’ai lu dans l’arrêté de Mr Allain qu’il a compétence pour le suivi des zones d’activités économiques communales. J’ose espérer que vous ne voyez pas l’aménagement et le développement de ces deux quartiers comme les 40ième et 41ième zones d’activités du Pays d’Auray.

Je partage cette nécessité d’avoir une cohérence en matière de développement économique sur l’ensemble de la ville d’Auray et au delà, sur l’ensemble du Pays d’Auray. Pour moi affirmer cette cohérence passe par l’affirmation d’un leadership et non par un éparpillement et un saucissonnage de l’action en direction des acteurs économiques. Et, de mon point de vue, seule AQTA dispose ou doit se doter de cette capacité à fédérer, ce qui semble se faire avec la création de l’Atelier des entreprises mais reste encore insuffisant.

Aussi je m’interroge quant aux compétences de la ville d’Auray en matière de développement économique dans la mesure où la loi NOTRe a redéfini les champs d’interventions des différentes collectivités territoriales et supprimé la notion de compétence générale dans bien des domaines.

Tout comme moi vous savez que la Région est désormais dotée de la responsabilité exclusive de la définition sur son territoire des orientations en matière de développement économique ; ceci en cohérence avec le transfert des fonds structurels aux Régions. Tout comme ce sont les communautés de commune qui disposent de la compétence, à titre exclusif, d’attribution des aides en matière d’immobilier d’entreprise. D’ailleurs, une prochaine modification des statuts d’AQTA fera qu’aucune de ses communes ne disposera d’une quelconque compétence « développement économique », dans la mesure où la notion d’intérêt communautaire disparaît au 01 janvier 2017.

Aussi dans ce cadre réglementaire nouveau, comment allez-vous, et surtout votre adjoint, structurer votre action et avec quels moyens humains et techniques en cohérence avec AQTA? Quelle coordination avec l’action de votre adjoint à l’urbanisme ? Il ne faudrait pas par exemple que les contribuables alréens financent l’arrivée, l’installation d’activités économiques dans les deux quartiers en question en lieu et place des contribuables d’AQTA.

En réponse, le maire, pour qui la ville conserve la compétence économique, n’envisage pas de se doter d’un service économique, c’est à AQTA de le faire, mais il entend occuper le terrain économique pour défendre l’attractivité d’Auray. Il se fera aider en cela par son nouvel adjoint, à qui néanmoins il n’a pas confié la gestion des deux chantiers structurants cités (PEM et l’hôtel Dieu), qui est pour lui de la responsabilité de la Municipalité toute entière.

zone30wilson.jpgLors de l’examen des tableaux des emplois, j’ai relevé qu’un emploi de gardien de police municipale est supprimé alors que la Municipalité leur a confié des tâches nouvelles : la gestion en partie des marchés hebdomadaires et la sortie des écoles du Loch et Rollo. Aussi ai-je demandé de nous préciser le champ d’intervention de la police municipale aujourd’hui à Auray?

Le Maire a répondu que ce poste est vacant depuis un an suite à un départ, et qu’il s’agit pour le Conseil Municipal d’entériner cette vacance car il n’est pas envisagé de recrutement. Quid des précisions souhaitées sauf que le Maire a indiqué qu’il a demandé, avec empressement, aux agents de la police municipale d’être plus proche de la population!

(1) Lors d’un échange, suite à une question diverse posée par une élue de l’opposition portant sur la souffrance et le mal être au travail d’un agent de la ville, un des adjoints, concerné par la redistribution des délégations, a confirmé l’inquiétude et la mise en garde exprimée en disant « que le politique doit savoir se remettre en cause », et que « nous, élus, devons faire attention ». Propos qui n’avaient pas manqué de courroucer intérieurement le maire.