Le collectif appelle à participer à un rassemblement le 11 novembre 2014 à 16 heures, impasse de la Fontaine à Sainte-Anne-d’Auray. En cette année anniversaire de cette guerre meurtrière, cette mobilisation prend un caractère encore plus solennel.

Des milliers de soldats paysans, ouvriers ont été broyés par la barbarie, sur un front transformé en un immense charnier, sous les obus et la mitraille. Nombre d’entre eux ont péri pour quelques mètres carrés au nom d’ordres militaires parfois contestables. Parmi eux, se trouvaient les Morbihannais Jean Mathurin Chomazo de Plumergat, Justin Louis Lorho de Saint Pierre Quiberon, François Rolland d’Inzinzac, Eugène Guegan de Caudan, Jean Baptiste Le Garff de Lorient, Joseph Marie Rio de Brech, Joseph Marie Le Parc de Priziac, François Marie Bihouise de Camors, Pierre Marie Le Bihan de Riantec, tous fusillés pour l’exemple.

Ces soldats appartenaient à des régiments bretons. En 1914, mon grand père Jean Marie Le Sauce, que je n’ai malheureusement pas connu, a aussi été mobilisé ; il est passé au travers malgré une blessure en 1915. Ce qui me touche, c’est qu’il a peut être côtoyé certains de ces fusillés notamment François Marie Bihouise. Tout deux mobilisés en août 1914, ils étaient dans le même régiment, le 88 ième Régiment d’Infanterie Territorial de Lorient, peut être le même bataillon, je ne sais pas, mais ils ont effectué le même parcours guerrier, partagé sans aucun doute les mêmes souffrances, vécus les mêmes atrocités.

Il serait temps, grand temps que la Nation, la République reconnaisse tous ses enfants car, quelle que soit la faiblesse de certains au feu, voire une rebelle colère, qui peuvent se comprendre avec ce que l’on sait aujourd’hui, ils méritent notre respect.