La Région Bretagne, en charge de la compétence « Lycées », a d’ailleurs adopté le projet de réalisation et provisionné les 25 millions d’euros de fonds nécessaires. Seul bémol : la mise à disposition d’un terrain par la commune.

Et c'est bien là le hic. Le terrain, il existe, mais.... La commune de Ploërmel dispose des 4 hectares libres de construction, viabilisés et situés entre un complexe sportif complet et une piscine. Mais voilà, les élus locaux tergiversent, se renvoient la balle, de conseil municipal en conseil communautaire, depuis des mois pour mieux faire capoter l’affaire. C’est courage, fuyons, biaisons. Pourquoi ? En ces terres au passé très catholique mais aux méthodes pas très républicaines et laïques, c’est encore l’enseignement privé qui dicte sa loi. Aux abonnés absents celle de la République.

En ce début de 21 ième siècle, nous voilà replongé dans les affres des années noires où l’école publique, celle de la République et de la raison, était présentée comme inspirée du diable, rouge, bien évidemment. Et tous les moyens sont bons : présentation d’une étude démographique éhontée pour contrecarrer celle commandée par la Région ; lobbying forcé auprès des élu(e)s, voire intimidation ; contre manifestation pour s’opposer au projet public… La réaction de ces passéistes ne fait pas rire. Elle est source de dangers. Elle est du même tenant, dans le discours et les actes, de celle des manifestants de la « Manif pour tous », opposants acharnés au Mariage pour tous et autres avancées libératrices.

Etre Républicain, et ils s’en trouvent actuellement pour galvauder le mot et l’usage, c’est avant tout porter l’intérêt général en tout lieu et circonstance. C’est tracer avec ces concitoyens, ses semblables, en dehors de tout dogme, la voie de l’exercice de la liberté pour bâtir ensemble la chose commune. Oui, être Républicain c’est faire « acte de confiance », c’est être audacieux. Alors mesdames et messieurs les élu(e)s du Pays de Ploërmel, en confiance, faites acte d’audace : votez pour un lycée maintenant, là où il doit être et non là on ne sait où. Faites le, sinon de Républicains vous n’êtes point, réactionnaires le serez peut être, mais poltrons surement. Mais que craignez-vous ? D’être excommuniés, allons donc… il n’y a ni bien, ni mal.

Non, dans un pays de droit, en tant qu’élu Républicain, pour que toute personne humaine puisse exercer son droit d’apprendre dans un lycée public, vous vous devez à sa mise en œuvre. C’est ainsi que vous ferez de cette personne humaine une personne libre. Car si vous faites le contraire, c’est que vous même vous n’êtes point libres.