Il me semble bien que le 6 mai dernier se sont exprimés, à la fois et avec force, le rejet de Sarkozy et de sa politique d’austérité et un désir de changement et de progrès social dans la justice. Il y a loin de la coupe aux lèvres aujourd’hui. Les mesures prises depuis les élections, que je ne vais pas énumérer à la Prévert, ont plutôt ragaillardi les marchés financiers et le MEDEF, ainsi ce dernier fait fi des résultats des élections et en demande plus. Plus de dérèglementation et de flexibilité pour les salariés pour plus de profits pour un petit nombre qui ne craint pas la crise. Selon une étude du cabinet Proxinvest la rémunération moyenne d’un patron du CAC 40 est actuellement de 4,24 millions d’euros annuels, et les mieux payés d’entre eux sont plus nombreux aujourd’hui qu’en 2010 à dépasser les 240 Smic annuels

Impôt pour les nulsQuand on sait que 8,6 millions de personnes vivent avec moins de 964 € par mois, que le SMIC vient d’être augmenté de 0,03 € de l’heure il y a de quoi rager. Pour résumé l’année 2013 ne s’annonce pas sous de bons auspices pour les français en général avec des hausses de TVA, d’électricité et de gaz en prime et les collectivités en particulier, celles-ci voyant leurs dotations gelées en 2013 et réduites en 2014 et 2015. La souffrance et des larmes au nom de l’obsessionnelle réduction des déficits publics, quel programme face à des besoins grandissants et à un chômage qui explose, et ce à 15 mois des élections municipales de 2014. Ce n’est pas gagné !

Print - copieLa voie choisie de l’austérité nous conduit droit dans une impasse. Pour en sortir nos populations doivent être alertées car ce sont leurs droits, leurs besoins et leurs projets qui sont menacés. Il serait illusoire de croire qu’il n’y a pas de lien entre le local et le national. Par conséquent, quelle forme trouver localement et ce dès maintenant ? Rassembler largement au plan communal (et intercommunal avec une grande intercommunalité du Pays d’Auray demain) pour faire barrage aux mauvais coups et donner priorité à l’humain et à la démocratie c’est possible. Comment ? En s’adressant à celles et ceux qui chaque jour œuvrent dans un parti politique mais aussi dans un syndicat, une association ou encore à ces citoyens engagés non membre d’une organisation quelconque mais qui veulent un changement de cap à Gauche. Ainsi sera co-élaboré un projet de résistance et de progrès pour sa commune, son territoire. Et pourquoi pas le faire émerger dès ce printemps, à partir du collectif Front de Gauche du Pays d’Auray et de Port-Louis, avec comme objectif de parvenir au terme de cette nouvelle séquence, qui s’ouvre en ce début d’année 2013, à gagner demain le plus grand nombre d’élu(e)s Front de Gauche utiles et efficaces pour les populations de nos communes?