Les faits

Depuis octobre 2013, un habitant de Saint Anne d’Auray s’est vu couper son alimentation en eau courante par la Saur, société qui gère la distribution d’eau potable pour le compte de l’intercommunalité du Pays d’Auray (AQTA). Cette personne est un travailleur handicapé qui gagne 750 € par mois et se trouve donc dans l’impossibilité de payer ses factures. Pour ses besoins quotidiens il doit se ravitailler en eau potable au robinet du cimetière de la commune situé à 3 km de chez lui. Le comble est que la Saur continue de lui facturer 88 € d’abonnement pour un service qu’elle ne lui rend plus !

La Saur est dans l’illégalité

La Saur veut ignorer la loi Brottes, votée par le parlement en avril 2013. Cette loi interdit les coupures d’eau pour impayés. Sous l’influence des grands groupes de la distribution (Véolia, Suez environnement, Saur …), des sénateurs UMP ont fait voter, en catimini le 19 février dernier, un amendement qui rétablit la possibilité pour ces groupes de couper l’eau des personnes en difficulté financière.

Ne laissons pas les groupes capitalistes défaire la loi.

Eau et planèteL’eau est un bien commun de l’humanité reconnu par les Nations Unies. Aucun être humain ne peut vivre sans eau potable. Le respect de ces principes suppose que la distribution de l’eau soit mise hors marché et soit organisée dans le cadre d’un service public avec la gratuité pour la consommation minimum indispensable. Dans un premier temps, nous demandons à l’intercommunalité AQTA, la mise en régie publique de la gestion de l’eau et de l’assainissement sur le territoire du Pays d’Auray.

La saur a déjà été condamnée.

Apres la Lyonnaise des eaux (groupe Suez) et Veolia Eau, la Saur a, a son tour, été condamnée le 19 décembre dernier pour avoir coupe l'eau a un abonne pendant 18 mois au mépris de la loi. Pour sa défense elle explique que le droit a l'eau serait inconstitutionnel. Dans son argumentaire elle déclare que "le droit d'accès a l'eau n'est pas gratuit, le prix doit être paye par les utilisateurs". Cette société démontre ainsi que sa gestion n'est en aucun cas celle d'un service public mais celle d'une entreprise capitaliste dont l'objectif est la recherche du profit au mépris des droits fondamentaux a la vie.

Les 22 et 29 mars prochain: votons Front de gauche.