Il va de soi que les orientations de ce Projet d’Aménagement de Développement Durable (PADD) portent la marque de votre projet politique d’aménagement et d’urbanisation de la commune d’Auray pour les 15 prochaines années. Elles se traduiront par la définition de règles d’aménagement, de zonage, d’Opérations d’Aménagement Programmé (OAP), de Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) peut être, dans le règlement du PLU.

Le PADD va définir les orientations générales d’urbanisation, d’aménagement des équipements publics ou privés, de protection et de préservation des différents espaces naturels, écologiques et agricoles, de construction de logements. Il va dire ce qui est envisageable de faire à partir des évolutions passées pour les poursuivre, les corriger. Aussi il n’est pas inintéressant de se remémorer ce que, les uns et les autres, nous portions à ce sujet dans les municipales.

Le PADD qui nous est présenté ce soir n’est pas à prendre ou à laisser. Il y a des orientations qui vont dans le bon sens (non urbanisation de Keropert, entrées de villes..). Mais chacun conviendra aussi que le PADD ne peut pas se limiter à une déclaration de bonnes intentions. Les verbes usités dans le texte (souhaiter, développer, redynamiser, respecter, conforter, valoriser…) donnent le sentiment que ce document, issu d’un travail partagé, exprime un volontarisme réel, et suffirait par conséquent à lui même, mais les intentions interrogent et sont pour certaines insuffisamment concrètes où du moins identifiables sur le terrain.

Le PADD est construit à partir des 3 pôles dominants que sont le centre ville avec Saint Goustan, la gare et la zone Porte Océane. Attention à ne pas laisser apparaître le reste de la ville comme des parents périphériques délaissés ou secondaires. Le Gumenen n’est même pas évoqué alors qu’une opération de renouvellement urbain est en cours et se poursuivra dans les 3 années à venir. Le mot « logement social » est d’ailleurs absent dans le document, gentiment remplacé par « logement aidé ».

          L’objectif est de construire 1650 logements pour 1606 habitants en plus (à noter que déjà 500 ou plus de logements vont sortir de terre dans les prochains mois). Cet objectif est établi au regard des évolutions démographiques passées sur la commune, à savoir que l’arrivée de 1 logement sur 2 n’a pas entraîné de croissance à Auray et que les ménages se desserrent. Bien sur, cet objectif se conforme aux projections du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du Pays d’Auray, qui prévoit une croissance annuelle de 1% de la population alréenne. J’ai néanmoins le sentiment que l’on se projette dans une logique qui s’apparente plus à du laisser faire, à une approche au fil de l’eau sans vraiment chercher à inverser les choses. Je ne conteste pas l’estimation de voir progresser de 1% la population mais je m’interroge sur ce que cela induit en construction de logements.

Aujourd’hui, selon l’INSEE, Auray c’est 1 ménage sur deux sans enfant, c’est une population vieillissante, c’est 1,6 personnes par ménage ; alors si l’objectif est de 1606 habitants en plus d’ici 2030, avec ce ratio, ce serait 1070 logements qu’il faudrait soit 70 par an. Autre calcul : si l’objectif est de n’avoir que des ménages, soit 3,2 personnes par logement, pour atteindre la même évolution de population d’ici à 2030, il nous faudrait construire 500 logements soit 33/an. Dans ces deux cas, il n’y a pas à ouvrir d’espaces fonciers supplémentaires à l’urbanisation, la construction de logements dans le périmètre actuel de la ville et la reconstruction de la ville sur elle-même suffisent. Or les projections du PADD avec la réalisation de 137 logements par an tendent à dire que le ratio de personne par ménage va encore se réduire, donc nous optons pour une accentuation et non un infléchissement du vieillissement à Auray, et il nous faut ouvrir du foncier à l’urbanisation à hauteur de 9 hectares. Cet objectif de 137 logements /an n’est pas de nature à enrayer la fermeture de classes dans nos écoles, on peut espérer une stagnation mais il est difficile d’y croire. Au regard du ratio actuel d’enfant scolarisé en primaire à Auray par logement (0,15), cela se traduira par seulement 20 élèves à scolariser par an. Il faut espérer que le renouvellement démographique réalisé dans le cadre de l’achat des logements anciens par de jeunes ménages contrecarra ces projections.

Pour moi l’attractivité, la redynamisation de nos quartiers, de la commune passent par une offre résidentielle qui répond en priorité à notre objectif partagé de faire venir des jeunes ménages. Pour cela il nous faut des outils de maîtrise qui donnent le temps de la réflexion et de la co-construction, qui permettent Les halles d'Aurayd’intervenir simultanément sur le coût du foncier, la production de logements neufs et la réhabilitation de l’ancien, qui participent à la requalification des espaces publics autour de places et d’espaces vert, et à la création ou au renforcement d’équipements collectifs, culturels et sportifs notamment. Il serait par conséquent opportun d’acter au PADD, en sus des OAP prévues, la création de ZAC comprenant des lotissements communaux, je pense au quartier gare avec le Pôle d’Echange Multimodal (PEM) et au centre ville avec le foncier du Centre Hospitalier Bretagne Atlantique qui se libère ; les opérations de création pouvant déjà s’engager car des études ont été effectuées pour ces secteurs. Et j’irais plus loin, pourquoi pas une Société Publique Locale d’Aménagement urbain et de Développement économique au niveau intercommunal ?

Je note le souhait de renforcer l’attractivité touristique en prenant appui sur le patrimoine et l’événementiel. Soit, mais qu’allez vous faire pour parvenir à être ville ou pays d’arts et histoire, c’est une question qui a été évoquée aux municipales de 2014. Ne serait-ce qu’une chimère électorale ? Autre interrogation pour le tourisme : le camping car, comment le prendre en compte, faire mieux que ce qui existe aujourd’hui ? Cette question n’est pas abordée alors que le peu de structures que nous avons à Auray ne donnent pas entièrement satisfaction et qu’un besoin existe.

En fin d’année va se tenir la COP 21 à Paris, la conférence sur le climat. Au travers de notre PADD, nous nous devons d’apporter notre contribution face aux enjeux posés par l’évolution annoncée du climat pour les décennies à venir. Il faut le dire, le PADD reste incomplet dans ce domaine, même si dans le document final présenté aujourd’hui un paragraphe y est consacré, suite à une mes remarques lors des différentes réunions de travail. Aucune piste pour innover ou diversifier la production énergétique n’est évoquée. L’idée de favoriser la création de réseau de chaleur est avancée mais sans réelle conviction à mon avis, alors que le Pays d’Auray entend développer une filière bois de chauffage.

Photo gare d'AurayLa question du stationnement est prégnante à Auray (je vous renvoie à la campagne électorale de 2014) ; il est évoqué, ici ou là, la création d’un parc souterrain en centre ville, mais pas un mot au PADD. Et les règles relatives au stationnement par logement, sont elles pertinentes aujourd’hui ? Doit-on seulement parler du stationnement en centre ville, la question se pose aussi à la gare et doit par conséquent être traitée dans le cadre du PEM. Mais la seule évocation du PEM ne constitue pas une réponse sur ce que l’on entend faire dans le quartier.

Nous avons aussi besoin de combattre la misère, de renforcer les solidarités, de porter un regard fraternel sur celles et ceux qui souffrent. Le PADD doit y répondre en identifiant les outils à construire et les espaces à réserver pour se faire, je pense à la maison relais, à une maison des solidarités, à une épicerie sociale et solidaire, et à d’autres projets type ressourcerie et portés par des associations du territoire. Et pour les personnes âgées, ne devrait-on pas prévoir un renforcement des structures existantes ?

Concernant les équipements culturels, sportifs, scolaires et associatifs, la lecture du PADD laisse à penser que la situation actuelle est satisfaisante. Pour ma part, sans vouloir faire de liste à la Prévert, il y a des manques. Ne serait-il pas opportun d’affirmer la nécessité de mutualiser certains équipements au sein du Pays d’Auray? Par exemple, une Maison de la justice et du droit. Tout comme il serait utile de porter à connaissance ce qui est déjà plus ou moins dans les cartons et qui apporte des réponses aux besoins identifiés des Alréens : je pense à la création d’un nouvel espace jeunesse, d’une nouvelle maison de quartier au Gumenen et du pôle associatif de Parco-Pointer. Tout ceci, non pour énoncer des projets, mais pour acter la nécessité de réserver du foncier et le zoner en conséquence.

Port_St_Goustan.JPGUrbaniser, c’est aussi insuffler un renouveau économique, pour cela il faut un projet économique qui dépasse la simple commercialisation d’espaces urbanisables, où chacun des acteurs agit à sa guise, en dehors d’une démarche d’ensemble. Dans ce domaine la Communauté de Commune AQTA doit se mobiliser en priorité, il n’appartient pas à la commune de faire à sa place même s’il ne faut pas se désintéresser de la chose économique et de l’emploi qui en découle. A chacun ces compétences. Le PADD énonce une volonté, notamment celle de conforter les sites existants où des possibilités de densification existeraient, mais combien de m² urbanisables en dedans et en dehors des zones existantes, et où? Combien de m² va t’on ouvrir à la création d’entreprises « servicielles » et autres en centre ville, au quartier gare. Le PADD n’en dit pas un mot, seule la question de l’habitat est réellement chiffrée. Une étude foncière est engagée par le Pays d’Auray sur l’optimisation foncière des zones d’activités économiques, elle devrait nous aider à y répondre ; il sera à mon avis nécessaire d’intégrer ces conclusions au PADD le moment venu.

D’ailleurs combien d’emplois induits demain ? Une évolution de 1606 habitants nous donnera environ 160 emplois sur 15 ans soit 10/an. Pour le développement des activités économiques et des emplois qui s’y rattachent, il faut entre 17 m², si c’est de la surface de vente, et 80 m², pour des entreprises de haute technologie pour créer un emploi. N’ayant aucun chiffre sur l’urbanisation économique comme dit plus haut, il m’est difficile de se prononcer.

Pour finir, de mon point de vue, il y a une absente dans ce PADD : la démocratie participative ; alors qu’il existe des dispositifs dans la commune dans ce domaine. Il conviendrait de les affirmer aujourd’hui.