Print - copieBanque alimentaire du Morbihan
3, rue Duténos Le Verger
ZI du Prat
56000 VANNES

Auray, le 08 juin 2012

Objet : votre courrier du 01 juin 2012

Monsieur le Président,

Votre courrier a retenu toute mon attention. Je salue votre engagement auprès des plus démunis de notre département. Vous leur apportez confort et bien être, vous pouvez compter sur mon soutien pour que votre action et les moyens accordés pour sa mise en œuvre soient maintenus voir accrus notamment ceux relevant des dispositifs européens.

Mais il m’est difficile de continuer à accepter cette précarité généralisée qui touche toutes les couches sociales de notre société, notamment les jeunes et les retraité(e)s. Il faut combattre ce fléau qui ronge notre société, qui la divise, qui est malheureusement utilisé pour attiser la haine, la peur et le rejet de l’autre. Il faut donc éradiquer le chômage et toutes ces mesures qui conduisent à cette précarisation, à cette galère à perpétuité.

Pour sortir les jeunes, premières victimes de cette précarité, avec le Front de Gauche, je propose de créer un statut social pour tous les jeunes permettant leur autonomie grâce à la mise en place d’un système d’allocations financées par la solidarité nationale pour les jeunes en formation, et pour les jeunes en recherche d’un premier emploi par la Sécurité Sociale Professionnelle (service à créer pour assurer un revenu à chaque salarié tout au long de la vie quelle que soit sa situation sociale).

Pour les retraité(e)s, je demande qu’aucune retraite ne soit en dessous du SMIC, que je veux à 1 700 € bruts par mois. En tout état de cause, pour moi, aucun revenu ne doit être fixé sous le seuil de pauvreté. Enfin pour nombre de salariés le contrat de travail à temps partiel forcé est loin de répondre à leur attente et de leur assurer un revenu suffisant. Je suis pour que le CDI à plein temps soit considéré comme étant la norme du contrat de travail et que par conséquent le recours aux intérimaires et contrats à durée déterminée soit strictement encadré.

Je suis convaincu que seul un autre partage des richesses créées par le travail est de nature à répondre aux difficultés que rencontrent nos concitoyens, de leur donner la dignité et la stabilité dont ils ont droit.

Espérant avoir répondu à votre attente, je vous prie d’agréer, monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Roland LE SAUCE

Candidat Front de Gauche




.