Déjà les appels au sursaut républicain, au barrage au FN sont brandis par les ténors du Parti Socialiste et certains de leurs alliés. Mesurant le danger d’une extrême droite à l’affut et d’une droite revancharde, ils appellent au rassemblement de toute la Gauche ... mais ils occultent leur propre responsabilité dans ce fiasco. Et quel crédit donner à ces appels, légitimes certes et nécessaires, quand pour les prochaines échéances électorales ils n’hésitent pas à se dresser contre les candidats du PCF et du Front de Gauche comme en Seine St Denis par exemple, ou encore à choisir eux même les candidats des autres organisations politiques.

Oui il faut combattre le FN et la droite UMP. Pour cela il faut entendre ce que nous disent les français, ceux qui boudent les urnes notamment. Grande est leur colère de voir leur désir de changement bafoué, de voir que le gouvernement n’est de cesse à l’écoute des doléances des patrons et des technocrates de Bruxelles.

Oui il est plus que temps que « face au monde qui bouge il vaut mieux penser le changement que changer le pansement » (F Blanche).

Oui une seule voix possible, mettre le cap à Gauche, vraiment à Gauche, un point c’est tout ; ça suffit les renoncements au profit du capital. Sinon la Gauche va au devant d’une déculotté annoncée dans les mois et années à venir.

Dans ce contexte de crise profonde le PCF et le Front de Gauche ont une grande responsabilité. Pour être compris de celles et ceux qui souffrent il nous faut une ligne claire, un discours porteur d’espérance et de combat qui dénonce avec vigueur les politiques d’austérité qu’accentue le projet de budget 2014 actuellement en préparation, qui rejette toute remise en cause du droit social notamment pour les retraites, qui offre des perspectives avec des propositions alternatives comme la lutte contre la fraude fiscale. Et s’il le faut par le vote dans toutes les assemblées où nous sommes présents.