Fête huma bretagne 2013Moment de convivialité et de culture certes, cette fête n’en reste pas moins politique. A cette heure où les colères montent de toutes parts et s’expriment avec violence comme en Bretagne, où la pauvreté s’accroître encore, la confrontation d’idées et l’ébauche de solutions collectives pour porter une alternative à ce pouvoir de l’argent roi est nécessaire. D’autant plus que les salariés déçus de l’action du gouvernement sont en attente et se disent prêt à se mobiliser pour l’emploi notamment.

En réponse le Parti Communiste Français (PCF) doit être au côté de celles et ceux qui souffrent, qui luttent comme il l’a fait en soutenant les syndicats et les salariés bretons à Carhaix samedi dernier. Au delà il doit s’affirmer comme facteur de mobilisation et de rassemblement, avec et dans le Front de Gauche, pour aider nos concitoyens à dépasser les doutes qui les habitent, pour fédérer les énergies tant citoyennes que territoriales. Ne pas le faire c’est laisser à d’autres le champ libre et l’on peut voir à l’image des « bonnets rouges » ce qu’il en advient : des licencieurs qui trouvent grâce auprès de leurs licenciés, des syndicats patronaux et d’agriculteurs qui se refont une virginité…

La question reste à savoir si le PCF en a la capacité et la volonté. Le pacte d’avenir pour la Bretagne par exemple, est-ce la seule affaire de quelques élus et acteurs économiques et sociaux ou bien celle de tous les bretons ? Ce qui dans la seconde approche amène à ne pas se contenter de l’agenda du Premier ministre qui entend boucler le dossier d’ici un mois. Pourquoi pas initier des Etats Généraux sur le devenir de la Bretagne ?