L’objectif affiché est de facturer la consommation réelle au plus près. Cela part d’un bon sentiment, finies les estimations qui alimentent la trésorerie des fournisseurs d’énergie. A titre indicatif, la facture énergétique d’un ménage en moyenne en 2012 était de 1400 € pour l’électricité et de 879 € pour le Gaz en 2012 (contre respectivement 1239 € et 640 € en 2007). Elle pèse de plus en plus dans les dépenses contraintes des foyers selon une enquête de l’ADEME ; d’autant plus que le pouvoir d’achat ne cesse de se contracter : très peu de hausse des salaires et pensions, accentuation de la pression fiscale depuis juin 2012... Aussi toute mesure visant à réduire cette charge est la bienvenue.

LinkyMais ce nouveau compteur ne semble pas y répondre. Les associations de consommateurs doutent de voir cet outil du XXIème siècle contribuer à réduire la facture énergétique des usagers, pardon des clients ; j’ai du mal à m’y faire ! Difficile pour moi d’oublier la libéralisation imposée par Bruxelles, ce qui n’est pas le cas de certains... D’autant que l’expérimentation menée en Indre et Loire et à Lyon n’est pas aussi concluante que l’on veuille bien nous faire croire.

La CNIL a aussi émis en son temps des réserves quant au respect de la vie privée des usagers car Linky permet la collecte massive de données à caractère personnel (qualité de l’alimentation fournie, courbe de charge, heures de consommations…) qui peuvent conduire les fournisseurs d’énergie à proposer de nouveaux services, payants bien sur dans le seul but de faire du business, et pousser les consommateurs vers les tarifs dérèglementés. Les fournisseurs d’accès à internet y voient aussi avec cet outil la possibilité, par le biais de leur box, la possibilité d’offrir des services payants pour mieux gérer sa consommation d’énergie.

Donc, qu’importe les avis et questions que soulèvent ce Linky, c’est décidé un point c’est tout.

Et inutile de jouer au malin, il ne sera pas possible de s’opposer au changement de compteur, il est propriété du réseau de distribution qui n’est autre que les collectivités locales qui, regroupées au sein d’un syndicat intercommunal départemental, Energie du Morbihan en ce qui nous concerne, (article L 322.4 du code de l’énergie), ont quasiment toutes déléguées l’exploitation de leur réseau à Erdf, filiale d’EDF. Certes le changement de compteur n’entrainera pas de facturation immédiate, le coût de remplacement estimé à 128 € l’unité étant supporté par le gestionnaire du réseau, soit Edrf, qui l’impactera sur les factures des usagers (non des clients, et puis zut…), par le biais d’une hausse du « Tarif d’acheminement ». Faux disent la main sur le cœur les PDG des entreprises EDF et Gdf Suez pour qui le coût d’installation de ces outils dits intelligents n’auront aucune incidence sur la facture des consommateurs (pardon de leurs clients) en raison des gains de productivité qui en découlent ; en clair grâce à des suppressions d’emplois ou au recours à la mobilité des agents, à la baisse de la fraude et aux économies d’énergie. Il est vrai qu’à cette heure il est annoncé que le prix de l’énergie va exploser. Nous voilà éclairés.

Cet outil est avant tout avantageux pour le gestionnaire qui pourra désormais intervenir sur le compteur à distance : augmenter ou baisser la puissance souscrite, et surtout procéder à la coupure de fourniture d’énergie sous réserve de prévenir l’usager (le client) par courrier. Le tarif réglementé va être maintenu nous dit-on, pour combien de temps encore ? Difficile de le prédire mais ce qui se dessine avec Linky c’est qu’il sera possible de déterminer un panel d’une quarantaine de tarifs selon le calendrier, les saisons, l’usage du Argent en Eurosréseau par les ménages et leur consommation. Bonjour la simplification !

Mais il est où le service public qui prônait la péréquation tarifaire ?

D’aucun dirait que je suis de mauvaise foi.

Nos gouvernants sont quand même attentifs aux difficultés de nos concitoyens : ils ont élargi l’accès au Tarif social dit de Première Nécessité (TPN) qui concerne près d’un million de ménages … en essayant de nous caser un mécanisme de Bonus Malus tordu au printemps, il est vrai. De là à penser que cet outil vient à point nommer pour répondre à leurs désidératas de mettre en place un nouveau système tarifaire en lieu et place de ce mécanisme de Bonus Malus sanctionné par le Conseil Constitutionnel en avril dernier ? Décidemment je vois le mal partout !

Et puis viendra le tour de nos chers compteurs gaz avec Gaspar. Avec tout ça on n’a pas finit d’être dérangé au téléphone par toutes ces société d’appel chargées de nous vanter les bienfaits de ces services à distance. Bien, ce n’est pas tout mais ce matin la température extérieure frôle les 5 degrés, l’hiver s’annonce … et il va falloir mettre le chauffage ; vite le livret A ! Aie je n’ai plus d’économie.