En conscience de vivre un cauchemar, le peuple dans la rue, à la mesure de la gravité de la situation, fait néanmoins preuve de lucidité : tout en ne formant qu’un seul homme, il ne dédouane pas les Politiques qui dans ses pas ont dû un temps s’effacer. Non l’unanimité n’est pas la règle, elle ne l’a jamais été et ne le sera jamais, sinon gare à toi « Liberté ». Toutes les atrocités du monde ne peuvent justifier l’oubli, le pardon et faire taire les responsabilités de certains des chefs d’Etat ou autre décideur politique à ces côtés.

Cette victoire sur les peurs, il va falloir la gérer ensemble, ne la laissons pas aux autres. La vie continue, il le faut et avec le débat politique va reprendre. Après le temps du deuil, le risque est grand de voir resurgir avec plus de vigueur les amalgames, les actes et les discours racistes et xénophobes. Les propositions sécuritaires sont remises sur le devant de la scène comme seule réponse. Alors que l’arsenal législatif n’a cessé d’être renforcé après chaque drame depuis 1986 (14 lois de votées), restreignant de fait les libertés individuelles que l’on entend défendre becs et ongles, force est de constater que la loi ne règle pas tout. Les auteurs de la tuerie, que la France vient de connaître, étaient repérés comme terroristes. Il est plus facile de faire des lois liberticides que de se donner les moyens de la lutte anti-terroriste : des effectifs policiers par exemple. Ne répondons pas à la terreur par la terreur, tout comme user du mot « guerre » fait froid dans le dos. Il y a un siècle, les barbares étaient soit disant de l’autre côté du Rhin.

La République est une grande dame solide à condition de s’attaquer en premier lieu à la misère, aux inégalités, aux politiques d’austérité qui prévalent aujourd’hui, car la meilleure des réponses est avant tout sociale et démocratique. Et en ces temps difficiles, attention aux discours trompeurs, de ceux-là même qui prétendent défendre notre République pour mieux bafouer ces valeurs. Regardons notamment ce que font ces nouveaux élus d’extrême-droite dans les villes qu’ils ont conquis ; soyons attentifs aux propos et actions d’élus de droite à l’égard de certaines populations, les Roms notamment.

Ne baissons pas la garde pour que la haine et le rejet de l’autre, de celui qui est différent, ne renaissent et nous divisent, nous conduisent dans l’abîme.