Carte du Pays d'AurayLe CODEPA est une structure de débat et de réflexion adossée au Syndicat Mixte du Pays d’Auray (SMPA) qui est formé par les deux Communautés de communes du Pays : Auray Quiberon Terre Atlantique (AQTA) et Belle Île en Mer, qui regroupent 28 communes. Association loi 1901, Il représente la société civile et est constitué de 3 collèges : les entreprises, les syndicats de salariés et les associations. Son rôle est de mobiliser et de faire intervenir tous les acteurs économiques et associatifs du Pays d’Auray dans les projets de développement et d’aménagement du Pays et de ses 28 communes. Pour ce faire il participe à divers travaux menés sur le territoire et formule des avis et/ou propositions dans plusieursdomaines à partir de ces propres études et analyses. Il a ainsi animé les ateliers de concertation relatifs au Schéma de Déplacements du Pays en 2011/2012 et donné un avis sur les déplacements en Pays d’Auray. Il a activement participé à l’élaboration du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) en portant à connaissance des élus un certains nombres de remarques et propositions. Dernièrement il a conduit une étude sur les conditions d’accueil et de pérennisation des entreprises, qui appelle à doter AQTA d’un véritable service économique. En coopération avec les autres conseils de développement bretons il a agit pour la réhabilitation de la ligne ferroviaire Auray/ Saint Brieuc. Il a enfin été présent dans la préparation de la candidature au Fonds Européen pour la Pêche au profit de la conchyliculture du Pays.

La Région Bretagne qui compte 21 Pays, dont le Pays d’Auray, s’appuie sur ces derniers (constitués en syndicat mixte par Pays auquel est adossé un Conseil de Développement) pour mener sa politique de solidarité et d’aménagement équilibré des territoires bretons. Elle le fait par une péréquation des crédits pour soutenir davantage les Pays les plus fragilisés par la crise. Lors de la session du conseil régional d’avril 2014 les enveloppes financières accordées à chaque pays breton pour la période 2014/2020 ont été fixées selon un classement établi à partir de trois indices (développement humain, dynamisme des territoires et capacité d’intervention des collectivités locales). Les élus ont aussi arrêté les principes et les modalités d’attribution desdits enveloppes qui, après concertation entre la Région et chaque Pays en 2014, se concrétiseront sous la forme d’un contrat de partenariat. Et les élus ont décidé d’associer activement les Conseils de Développement à cette démarche.

Cette politique régionale intègre aussi la territorialisation du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), du Fonds Européen Agricole et du Développement Rural (FEADER), du Fonds Social Européen (FSE) et du Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP). Pour rappel, ces différents fonds ont représenté 631,8 millions d’euros entre 2007 et 2013. Cette politique est également articulée avec la mise en œuvre du Contrat de plan Etat/Région 2014/2020, du dispositif ECO-FAUR et des actions en faveur de l’habitat et du renouvellement urbain. L’ensemble de ces dispositifs vise à mettre en cohérence tous les projets portés par les collectivités territoriales bretonnes.

Argent en EurosL’enjeu financier, social et économique est de taille pour le Pays d’Auray. Pour le seul contrat de partenariat l’enveloppe financière s’élève à 2 684 480 € soit 30,52 € par habitant .Il est impératif de s’y atteler maintenant que les élections sont passées et que les exécutifs se sont installés. Il faut se donner comme objectif de mobiliser tous les fonds nécessaires pour co-financer des actions de développement (dans le cadre de la transition énergétique ou la rénovation thermique des logements par exemple), ou d’innovation (comme le raccordement à la fibre optique), ou encore d’anticipation que connaissent certains secteurs économiques comme l’agriculture et l’agroalimentaire (tel que le soutien aux filières de proximité), voire préparer les mutations à venir avec l’arrivée de Bretagne à Grande Vitesse (le Pôle d’Echange Multimodal d’Auray…).

Et le CODEPA dans tout cela, me direz-vous ? Il doit être associé à l’élaboration du contrat de partenariat que va négocier le Pays d’Auray avec la Région, c’est ce qui se dessine semble t’il. Ce qui est acquis (la Région l’impose) : le CODEPA sera membre de droit du Comité de programmation dont la finalité est d’articuler la gouvernance des fonds régionaux (donc le contrat de partenariat) et les fonds européens au niveau de chaque Pays bretons. Reste à définir les axes prioritaires de développement pour notre territoire, un outil est à notre disposition à savoir le SCoT mais est-ce le seul ? La participation active des citoyens ne s’impose t’elle pas ?