Roland EtelChers amis, Chers camarades,

Je vous remercie pour vos témoignages et vos messages de sympathie, de soutien dans le moment présent. Il est vrai que les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances, de mes espérances. Nous n’avons pas démérité, et je vous adresse tous mes remerciements pour votre contribution à la campagne des présidentielles et législatives. Je remercie les adhérents de la section PCF du pays d’Auray de m’avoir accordé leur confiance pour porter les couleurs du Front de Gauche dans la 2ième circonscription du Morbihan.

Au vu des résultats nationaux, la construction d’une nouvelle force politique à Gauche avec le Front de Gauche est en marche mais force est de constater qu’elle est semée d’embuches. J’entends poursuivre avec vous ce travail pour l’humain d’abord, ce mot d’ordre qui nous rassemble. Nous aurons à en débattre dans les semaines et les mois qui viennent si vous le souhaitez.

Ma décision de quitter mon poste d’adjoint au maire d’Auray peut paraître irréfléchie ou être vue comme une erreur politique aux yeux de certains d’entre vous, surtout au moment où il nous faut résister et préparer les échéances futures. Cette décision, difficile, je vous prie de m’en croire, je l’ai construite dans la nuit de dimanche et la matinée de lundi à partir de l’analyse des résultats et des appréciations des uns et autres, présents salle Louis Massé à Auray le 10 juin. Elle est celle qui m’a semblé la plus juste, moi qui devait affronter bien esseulé une échéance locale sans préparation réelle, à savoir la désignation du nouveau maire d’Auray prévue ce lundi soir même. Je tiens ici à remercier Bruno BOTHUA de m’avoir assisté lundi matin lors de mon entrevue avec Michel Le Scouarnec, entrevue décidée il y a seulement quelques jours pour préparer la réunion du groupe majoritaire de la municipalité d’Auray. Merci Bruno. Et si j’ai pu blesser avec cette décision, je m’en excuse.

Mais aujourd’hui, ............, je suis soulagé et fort convaincu d’avoir pris la bonne décision. ................ j’ai bien constaté que les choses étaient arrêtées hier au soir.

Voilà chers amis, chers camarades, quelques mots pour apporter des réponses aux interrogations légitimes que vous vous posez. Je vous adresse mes sincères et fraternelles salutations. A bientôt pour partager le verre de l’amitié.

Auray le 12 juin à 18h 30

Roland LE SAUCE