Après la suppression de nombreux tribunaux à l’exemple du tribunal d’instance d’Auray, cette décision va encore rendre l’accès à la justice de plus en plus difficile pour nombre de citoyens car contraints de débourser 35 € pour faire valoir leur droit (en sus des km de transports). De quelle justice parle t’on quand face à des patrons peu scrupuleux avec le droit du travail, à l’exemple de non versement de salaire ou de licenciement abusif, les salariés se doivent d’abord de s’acquitter d’une taxe pour avoir gain de cause, quand on voit des entreprises accordées avec insolence des primes à leurs dirigeants et limiter toute augmentation voir exiger des baisses de salaire de leurs salariés pour soi disant sauvegarder l'emploi.

Cette mesure est contraire aux droits fondamentaux notamment ceux de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Elle est injuste car elle frape encore les plus faibles, les plus touchés par la crise et les délinquances patronales protégées par le Gouvernement Sarkozy. Ce dernier qui a accordé sans vergogne des cadeaux aux plus aisés de notre pays (qui peuvent se payer des avocats de renon) n’est plus à un tour de passe-passe près pour remplir les caisses de l’Etat.

La justice a besoin de moyens pour bien fonctionner, du personnel, des locaux et du budget, mais la voie suivie par ce gouvernement et les Députés de l’UMP se trouve à des lustres des exigences de justice exprimées par le peuple.

Faites comme moi, signer la pétition nationale mise en ligne par la CGT (www.cgt.fr) pour exiger le retrait de cet impôt liberticide.