Vous faites partie des 14 Millions de voyageurs que la SNCF transporte chaque jour, soit dans un train express régional (TER), dans un Transilien (pour l’Ile-de -France), dans un Intercités (ex corail), dans un TGV. Vous avez utilisé la SNCF, au moins une fois, pour partir en vacances, pour aller au travail, pour des trajets à caractère privé. Ces dernières années vous avez subi, comme les cheminots, les conséquences d’une gestion libérale et dogmatique de la SNCF qui a entraîné une dégradation globale de la qualité de transport au quotidien. L’échec de la séparation de Réseau Ferré de France (l’infrastructure ferroviaire) et de la SNCF a conduit de nombreux acteurs du ferroviaire à réfléchir à la réunification du système (l’infrastructure, le matériel roulant, les ateliers, les gares, les personnels). Cette nécessité est partagée par la CGT.

Logo CGT cHeminotsDans les mois qui viennent, le Ministre délégué aux transports, Frédéric Cuvillier présentera un projet de loi en Conseil des Ministres, en vue d’un débat au Parlement (Assemblée Nationale et Sénat) à la fin de cette année 2013. Dans le même temps, des discussions sont engagées au niveau européen pour faire adopter une nouvelle série de textes législatifs visant à libéraliser encore plus les chemins de fer en Europe. Pour la CGT, la réforme qui s’engage ne peut pas se faire sans l’expertise des cheminots et sans un vrai débat public avec les chargeurs (transport de marchandises) et les usagers de la SNCF. Cette réforme doit redonner du sens au service public ferroviaire, répondant aux besoins de tous et quotidiennement. Contrairement à ce que certains affirment, l’ouverture à la concurrence n’est pas inéluctable et ne règlera rien ! (Prenez l’exemple de la libéralisation d’EDF et GDF, de la Poste et France Télécom, de l’hôpital public, de l’eau, des universités, résultat : baisse de la qualité et hausse des tarifs ! Merci la concurrence ! Merci les libéraux !).

La séparation de l’infrastructure (RFF) et de la SNCF (entreprise publique, exploitante du réseau) depuis la création de RFF en 1997, a entraîné des aberrations qui dégradent la qualité et la fiabilité du service rendu. Nous avons vu des lignes entières fermées pour cause de travaux alors que le savoir-faire des cheminots permet d’assurer la continuité des circulations même en période de grands travaux. Le désengagement de l’Etat pour développer les services publics, la recherche effrénée de rentabilité financière, ont entraîné les deux EPIC (RFF et la SNCF) à faire des choix sur l’entretien de certaines lignes qui ont été négligées en termes de remise à niveau, de régénération. Certaines d’entre elles ont été abandonnées, d’autres sont menacées de fermeture. Des bus ont alors remplacé les trains dans certains endroits ! Le service public sûr et de qualité, la SNCF vous le doit !

Photo d'un TGVLa politique du tout business dictée par les précédents gouvernements et pas remise en cause par l’actuel, guide les choix politiques du président de la SNCF en matière d’organisations de l’entreprise au mépris de la qualité de service (fermetures de gare, d’ateliers du matériel, de guichets, suppressions d’effectifs, tarifs déréglementés…). La structuration actuelle de la SNCF, cloisonnée par activités distinctes (d’un point de vue comptable, structurel et organisationnel) a des conséquences sur votre quotidien. Suppressions de trains par manque de personnel habilité, (par exemple, un conducteur de trains de marchandises n’est plus autorisé à piloter un train de voyageurs, et vice versa). Des gares identifiées grandes lignes (TGV, intercités), TER ou Transilien (pour l’Ile-de-France) pour lesquelles les cheminots sont exclusivement dédiés, abaissent la qualité de service (par exemple, un cheminot qui travaille dans un guichet d’une gare dite : « Transilien», ne peut pas vendre de billets de TGV !)

La présence humaine dans les gares et dans les trains est réduite au détriment de la sécurité, de l’information, de l’accompagnement lors de vos déplacements en train. Cette logique est celle de la rentabilité, du profit à tout crin !! La CGT cheminots est opposée à la vente à la découpe de la SNCF. Le service public ferroviaire est un tout qui doit permettre de répondre à vos besoins de manière égale. Réunifier en un seul EPIC (Etablissement Public), Réseau Ferré de France et la SNCF, permettrait de développer l’égalité d’accès et de traitement du plus grand nombre de personnes, de chargeurs, sur l’ensemble du territoire, quelle que soit sa situation géographique ou sociale. Vous êtes des usagers d’un service public national, pas des clients piégés dans une démarche commerciale !

Photo railsDans le cadre de la réforme en cours, nous proposons que tous les cheminots sur le territoire retravaillent ensemble pour une meilleure efficacité pour répondre à vos besoins. Cela doit se traduire par une gestion mutualisée des moyens (de chaque activité) par bassins économiques d’emplois des différents services de la SNCF. Tous les métiers constitueraient une chaîne de service aux besoins de transports voyageurs et fret. Le transport de marchandises par rail et notamment Fret SNCF, doit être reconnu d’utilité publique pour l’environnement, la désaturation et la sécurité routière.

Les services publics, sous l’impulsion du gouvernement, doivent être moteurs dans la politique de l’emploi stable. A la SNCF, 10.000 emplois ont été supprimés depuis 2007. A nouveau cette année, le budget d’austérité élaboré par la direction de la SNCF prévoit plus de 1800 suppressions d’emploi. Cela a des conséquences sur la bonne marche de la SNCF. Nous exigeons un plan volontariste de recrutements permettant d’assurer l’ensemble de la production dans de bonnes conditions (circulation des trains prévus, ouverture de plus de guichets, ré humanisation significative des gares et des trains,…).

Madame, Monsieur, c’est ensemble que nous vous proposons de débattre, d’agir et de nous faire entendre pour que cette réforme garantisse une meilleure efficacité de vos conditions de transport au quotidien, avec comme objectif commun l’intérêt des usagers et de la Nation.