Cette demande est motivée par « le besoin de poursuivre et de développer la concertation avec l’ensemble de la communauté éducative Alréenne, en particulier avec les parents d’élèves et leurs représentants, les enseignants, les conseils d’école, les personnels municipaux » et la prise en compte du fait qu’aucune commune du Pays d’Auray ne s’est engagée sur une mise en place de la réforme en 2013 ». Enfin il y a lieu « d’approfondir les incidences financières dues à cette réforme » et d’examiner « la demande d’aide financière exprimée par les écoles privées ». En conséquence le Conseil Municipal est appelé à valider cette demande de report à la rentrée de septembre 2014 et à inviter le maire à en faire part par lettre au Directeur Académique des services de l’Education Nationale. Ainsi cette annonce confirme les articles parus dans la presse locale de la journée d’hier.

S’il y a lieu de regretter, en tant qu’élu municipal de la majorité, de l’apprendre d’abord par voie de presse il n’en reste pas moins que cette décision, conforme au souhait que j’ai exprimé lors du conseil municipal de février dernier, est sage et de nature à apaiser le débat. Le temps qui nous sépare de la mise en place d’ici septembre 2014 doit être mis à profit pour réussir cette réforme et exiger du Gouvernement les moyens financiers qu’elle nécessite et ce de manière pérenne.

Rythmes scolairesComme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, se donner du temps c’est la meilleure des voies à prendre pour engager une démarche participative et citoyenne avec tous les acteurs de la sphère éducative, les parents d’élèves et les associations. Aussi en réponse aux attentes exprimées dans les conseils d’école notamment, pour que les choix à opérer le soient en toute conscience, il faut de la créativité, de la nouveauté, de l’innovation et du partage. Je réitère donc ma proposition de création d’une commission extra-municipale composée d’élus, d’agents municipaux, de parents d’élèves et d’enseignants, de membres d’associations dont la mission sera non pas de faire à la place mais d’animer la réflexion, de contribuer à ce que l’information se fasse dans les deux sens, de consulter voir d’auditionner les acteurs concernés, et surtout d’organiser la co-élaboration d’un Projet Educatif par la mise en place d’Ateliers citoyens élargis.

Ce temps de débats et d’échanges doit aussi permettre de lister les besoins d’investissements en équipements divers (salles, préaux…), d’encadrement humain et de chiffrer les coûts de cette application pour l’anticiper dès cette année 2013. Enfin je demande à ce que cette application ne pénalise pas le pouvoir d’achat des familles notamment en matière de garde, ni ne fragilise les associations alréennes.