Print - copieMadame Katerine LE PORT
Association Nationale des Anciens
Combattants et Ami(e)s de la Résistance
Comité du Morbihan
5 P Cité Allende
56100 LORIENT

Auray, le 21 mai 2012




Objet : votre lettre du 14 mai 2012

Madame,

Votre lettre du 14 mai 2012 a retenu toute mon attention. Attaché tout comme vous l'êtes « à faire vivre le souvenir de la Résistance et ses idéaux », je partage cette nécessité d'entretenir la mémoire de celles et ceux qui ont combattu le fascisme et la barbarie nazie. Nécessité d'autant plus à l'ordre du jour à l’heure actuelle au regard de la montée des nationalismes, du confortement de l’extrême-droite et de la renaissance de groupes politiques néo-nazis en Europe.

Je partage aussi votre analyse quant au Programme du Conseil National de la Résistance et l'impérieux besoin de le faire connaître tant il est d'actualité. Il est d'ailleurs malheureux de voir comment les gouvernements de notre pays, qui se succèdent depuis la libération, le détricotent au nom du dogme libéral où tout bien commun relève du secteur marchand. Une relecture de ce programme montre combien il est utile de rester vigilant. Elle met aussi en exergue des mesures qui ont toutes leur pertinence encore aujourd’hui et qui constituent autant de réponses économiques et sociales à la crise actuelle. En conséquence, élu député, c'est avec beaucoup de bienveillance que je soutiendrai votre proposition de faire du 27 mai la journée nationale de la Résistance.

Roland et cérémonie patriotiqueEnfin, votre préoccupation quant à l'enseignement de l'histoire dans les lycées est aussi la mienne. L’histoire et son enseignement ont pour rôle d’interroger l’humain et son environnement au regard de son propre passé, de celui de ces aînés. La disparition de l’histoire en Terminale S constitue une attaque contre cette discipline utile à la formation citoyenne des élèves. Ainsi est ouverte la porte à toute utilisation éhontée de l’histoire, à toute falsification à des fins de propagande parfois nationalistes et/ou xénophobes.

Je suis partisan de redonner toute sa place à l’histoire à l’école, mais aussi dans la cité, dans les entreprises ; en cela des associations comme la votre ou des instituts d’histoire sociale animés par des syndicats sont des atouts à valoriser, à aider dans leur travail de mémoire. Elu député je m’y emploierai.

Espérant répondre à votre attente.

Je vous prie d’agréer, madame, l’expression de mes salutations respectueuses.

Roland LE SAUCE
Candidat Front de Gauche.