R.Allain, 9ième adjoint au maire d’Auray, quitte donc la Culture et les jumelages pour prendre le fauteuil d’Adjoint au maire en charge du Développement économique de la ville d’Auray, délégation qui serait plus en phase avec celle du vice-président d’AQTA qu’il est, toujours selon le Maire J.Dumoulin (gestion des zones d’activités de la communauté de communes). Ce changement amène a un jeu de chaises musicales entre adjoints : les ressources humaines à l’un et le poste libéré à l’autre. Et ainsi vogue la galère ! Bien évidemment il n’est question que « de faire mieux pour les alréens ». C’est le moins que l’on puisse attendre. Pour autant ?

Prendre en compte la réalisation de deux projets structurants pour la ville d’Auray, et le Pays d’Auray aussi, pour justifier cette nouvelle répartition des tâches peut se comprendre et être accepté. En effet, les aménagements du quartier de la gare, avec la création du Pôle d’Echange Multimodal (PEM), et le renouvellement du quartier de « l’hôtel Dieu » en centre ville d’Auray, au regard des enjeux qu’ils représentent en terme de développement économique, social et urbain, demandent une forte implication des élus. Aussi un élu en charge de ces deux dossiers, pour les porter, les défendre, c’est une bonne idée. Mais avec quels moyens cet élu va t’il mener son action ? Va t’on avoir deux élus en charge de l’urbanisme à Auray ? Puis, le développement économique, c’est une compétence quasi exclusive d’AQTA, à part le commerce de centre ville. En vérité, il ne s’agit que d’un écran de fumée pour cacher la raison, la seule, la vraie, qui a amené le maire à sanctionner son adjoint à la culture et aux jumelages. Et d’une pierre d’un coup, l'éliminer des écrans radars : terminer les articles de presse, les photos car avec une coquille vide, à part bailler, que reste t-il ?

Oui, il y a bien sanction pour avoir tenu des propos peu flatteurs à l’égard de certains de ces colistiers en Conseil Municipal, en décembre dernier: en ce moment de remise en cause des 35 heures à la mairie d’Auray, il n’est pas bon de défendre les agents lorsque l’on est de la majorité municipale. Après une mise au pas de l’encadrement renouvelé, des agents de la collectivité, qui ne l’acceptent pas de gaité de cœur et qui l’ont fait savoir lors des vœux du maire aux personnels, voilà le tour des élus. Le maire use de son pouvoir : si le Conseil Municipal élit les adjoints au maire, leur délégation, ils la détiennent du bon vouloir du maire. Alors, à bon entendeur, salut.

Et derrière la sanction et la mise au pas, en filigrane apparaît le jeu politicien. Eliminer le jeune du Parti des Républicains, placer ses pions du centre droit, de l’UDI, pour s’affirmer incontournable à l’approche d’échéances électorales et au sein d’AQTA, et … pourquoi pas demain devenir le président de cette grande intercommunalité ou encore député ! Tel un bâtisseur, pierre par pierre. Bon, je m’égare, quoique….