Il en est ainsi du rejet de leur amendement relatif à la place fondamentale de la commune dans l’organisation territoriale de la République, alors que cette disposition avait été votée par le Sénat. Ou encore par l’adoption à la sauvette d’un amendement de dernière minute du gouvernement pour que les conseillers communautaires des métropoles soient élus au suffrage universel direct à partir de 2020.

ASSEMBLEE-ILLUSEn fait de modernisation, c’est le retour de la concentration des pouvoirs locaux entre les mains de quelques technostructures pour se conformer aux Traités Européens qui affirment la métropolisation concurrentielle des grandes villes européennes. L’objet reste de réduire la dépense publique coûte que coûte, d’accentuer les désengagements de l’État envers les collectivités locales. Il n’est question que de compétitivité et de mise en concurrence au détriment de la solidarité et de la coopération au service des populations.

Le gouvernement avec la création des métropoles amorce la disparition inéluctable à terme des communes (voir aussi communiqué de l’Association des Maires de France) et des départements et il jette les bases de l’élection directe de tous les élus communautaires dès 2020. Une nouvelle République s’instaure dans le dos des élus locaux et des populations à la veille de scrutins locaux qui devraient être le moment d’un vrai débat citoyen sur ces importantes questions qui touchent au devenir de nos territoires. Ce qui se dessine va creuser une cassure institutionnelle entre territoires urbains et territoires ruraux, créer des disparités territoriales et accroître les inégalités déjà criantes en termes de Services Publics.

Les communistes portent l’ambition d’un développement partagé de nos territoires, où la participation des citoyens nourrie la coopération et la co-élaboration des projets de développement sociaux, écologiques et économiques en opposition aux logiques concurrentielles et financières qui prévalent aujourd’hui et que porteront malheureusement au pinacle ces futures métropoles.

ReferundumL’Association des élus communistes et républicains met à disposition de toutes celles et ceux qui refusent un tel projet et souhaitent faire entendre leur voix pour la démocratie locale et citoyenne un appel citoyen. Faites comme moi, signez cet appel en ligne.