Photo jeune FdGCette situation n’est satisfaisante pour personne. Notre jeunesse mérite autre chose car elle est notre devenir. Notre société doit être organisée pour permettre à chacun de s’émanciper, de rester maître de sa propre vie ; pour ce faire cette société doit donner à sa jeunesse ce qu’elle a de mieux en elle . Elle doit investir dans des politiques publiques qui favorisent l’égal accès au savoir au plus grand nombre grâce à un accueil des enfants dès le plus jeune âge et à une école qui permet aux élèves, selon des pédagogies adaptées à chacun, à acquérir les savoirs et les connaissances nécessaires pour leur vie future d’Homme libre.

Mais aujourd’hui pour satisfaire les marchés financiers, au nom de la crise, notre système éducatif est démantelé. Après l’hémorragie des années passées qui a vu disparaître 60 000 emplois, et ce malgré les discours rassurants de nos édiles, des suppressions de postes sont encore prévues à la rentrée 2012. Qui peut croire que cette saignée soit sans conséquence dans les cursus scolaires. Et nous mesurons chaque jour les méfaits de cette politique. Plus de 180 000 jeunes sont mis à la porte du système éducatif sans diplôme tous les ans; les professeurs sont de plus en plus précaires et ne disposent plus de temps pour se former. Les logements manquent pour les étudiants et les loyers pour ceux qui en trouvent sont démesurés. La compétitivité s’accroît entre les lycées et les collèges, avec une sélection accrue parmi les élèves, ce qui accentue les inégalités: une minorité a accès au savoir dans de bonnes conditions et tous les autres sont sacrifiés.

Plus près de nous, des postes d’enseignants sont menacés à l’Université Bretagne Sud et il est question de rapprochement voir de fusion avec l’Université de Bretagne Ouest. Ces projets résultent de la loi « Libertés et Responsabilités des Universités » qui préconise l’autonomie des universités mais qui se traduit dans les faits par une baisse des dotations de l’Etat. Au Lycée Colbert de Lorient, la section usinage est menacée de fermeture, alors qu’elle répond aux besoins de l’industrie locale. A la SEGPA du Collège "Le Verger" à Auray les moyens accordés à l'enseignement Général et Professionnel Adapté sont réduits menaçant en conséquence l’existence du service. Au Lycée Dupuy de Lôme à Lorient, les certifications de langues sont confiées à des sociétés privées payantes.

La casse de l’Education Nationale est une motivation quotidienne de la Droite. Son but est simple : faire de l’école et du savoir une marchandise pour « engraisser » la finance. Un autre monde est possible ! Il nous appartient d’en être les artisans. Le programme "L'humain d'abord" du Front de Gauche et son candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, propose de fonder une école émancipatrice qui permette l’élévation pour toutes et tous du niveau des savoirs acquis et des qualifications reconnues, des programmes repensés pour une culture commune de haut niveau.

Image FdGPour en débattre je vous invite
Le mercredi 7 mars 2012 à 15 h 00
Groupe scolaire Joseph ROLLO
Salle Julienne MARCA
1, rue Pablo PICASSO
AURAY