Porte monnaieLa volonté absolue de parvenir à 3 % de déficit public en 2013 contre vents et marées, faisant fi des fortes attentes exprimées au printemps dernier, nous mène droit dans le mur. Est-ce pour cela que les français ont voté, non ! Pour que le chômage explose, non ! Pour un quasi gel des investissements publics et une baisse des dotations aux collectivités locales avec à la clé une réduction des effectifs sauf dans quelques secteurs clés comme l’enseignement, la sécurité publique et la justice, non ! Pour une hausse de l’impôt et des taxes des plus faibles, non ! Sarkozy, le président des riches, et l’UMP n’ont pas hésité à faire des réformes en faveur de leur camp par la loi; et aujourd’hui, alors qu’elle a toutes les manettes, la Gauche socialiste s’accommode fébrilement de mesurettes pour calmer le jeu sans oser s’attaquer au mal qui ronge notre société. Nous sommes loin de la justice fiscale et sociale promise par le candidat Hollande. « Le changement c’est maintenant », oui mais pas seulement pour changer de Président de la République et de majorité à l’Assemblée Nationale, mais pour changer cette société d’inégalités où seuls comptent le fric, les banques et les marchés financiers.

A cette heure, où nombre de contribuables frappe à la porte des services des Finances Publiques pour s’acquitter de l’impôt dont il était exempt auparavant, la suppression du gel du barème de l’impôt sur le revenu créée par la Loi de Finance 2012 et votée par la Droite aurait été un geste fort. Tout comme il aurait été normal de revenir sur la disposition contenue dans la Loi de Finance 2009 qui a progressivement supprimé la demi-part pour les personnes vivant seules si elles n’ont pas élevé seules un enfant pendant au moins cinq ans jusqu’à sa majorité. Ces mesures conduisent mécaniquement des contribuables non imposables à le devenir, dont de nombreux retraités, et à perdre ainsi des exonérations ou autres abattements en matière fiscale (taxe d’habitation…), ou à voir augmenter leur taux de cotisation CSG et réduire certaines de leurs prestations sociales (APL..). Le gouvernement va t-il poursuivre dans cette voie en suivant les préconisations de la Cour des Comptes qui lui suggère de prélever 5 milliards sur le dos des retraités en supprimant l’abattement de 10 % et en alignant leur taux de CSG sur celui des actifs, ou encore céder aux sirènes du patronat sur la compétitivité en transférant les cotisations sociales sur les ménages via la CSG et la TVA ?

Logo FDGChoisir la voie de l’austérité est contraire à toute politique de justice. Prendre des mesures, qui en vérité relèvent plus du symbole qu’autre chose, à l’encontre des plus riches notamment ne suffit pas pour dire que les efforts sont équilibrés et partagés. Egratignés ils crient au loup, tandis que celles et ceux, qui par leur travail créent la richesse, sont dans leur majorité contraints à faire des efforts dont les incidences budgétaires ne sont pas sans conséquence pour eux. L’urgence d’un rassemblement anti austéritaire devient de plus en plus pressante, du local au global. Il appartient aux femmes et aux hommes de bonne volonté d’y contribuer à partir de ce front commun que constitue le Front de Gauche.