Pour lui, il y a eu confusion suite aux articles parus dans la presse qui rendaient compte de la réunion du 21 mai, à l’issue de laquelle les présents avaient voté très majoritairement pour la réouverture à la circulation de la place Gabriel Deshayes et partiellement pour la suppression de la piétonisation en centre ville. Il a précisé qu’il convenait de traiter différemment les deux sujets. Ce qu’il a fait.

Il a dit que l’interdiction d’accès à la place décidée par l’ancienne équipe municipale était une connerie, propos que nous avons vigoureusement dénoncé. La réouverture étant décidée, une étude va être diligentée pour définir les nouvelles conditions de circulation dans le centre ville ; la première des mesures à prendre étant, à ces yeux, d’améliorer la gestion du stationnement. Selon lui, cette décision va permettre de redynamiser le commerce qui a été pénalisé par le plan de circulation mis en place en 2007, que la précédente municipalité n’a pas pleinement mis en œuvre en ne réalisant pas de travaux sur les places Gabriel Deshayes et de la République. Nous avons rétorqué que le coût du chantier de St Goustan nous avait contraint à différer les d’aménagements envisagés en centre ville.

Rue_du_lait.JPGNous avons affirmé notre désaccord et critiqué la méthode de concertation utilisée. Nous avons dit que cette décision de réouverture allait accentuer le transit rue du Lait ; nous avons d’ailleurs demandé que de nouveaux comptages soient réalisés dans les prochains mois pour en dresser un bilan. Nous avons également fait part de nos craintes de voir abandonné le schéma directeur d’aménagement du centre ville, arrêté suite à l’étude menée en 2012/13 et adoptée par le Conseil Municipal l’an dernier, dont des préconisations visaient la piétonisation raisonnée des places Gabriel Deshayes et de la République jusqu’à St Goustan et la création d’un circuit cœur pour faciliter l’accès aux stationnements. Nous avons aussi souligné que les difficultés rencontrées par le commerce de centre ville provenaient surtout des baisses de pouvoir d’achat de leurs clients.

Pour moi il ne faut pas différencier les deux sujets, ils sont liés comme l’a démontré l’étude précitée sur le devenir du centre ville. En optant pour un accès permanent de la voiture en cœur de ville toute piétonisation est inenvisageable à terme. La reculade du maire et de son équipe est à mettre au compte du mécontentement exprimé par nombre d’Alréens et relayé par les élus de l’opposition de Gauche; c’est une première victoire qu’il faut conforter en se mobilisant au plus vite. Ensemble, trouvons la forme la plus adaptée car d’autres mauvais coups se préparent.