Défense SEGPA Auray février 2012

Le Conseil Municipal partage les inquiétudes exprimées par les enseignants et les parents d’élèves du collège Le Verger d’Auray quant aux décisions susceptibles d’être prises, dans les prochains jours, dans le cadre de la future carte scolaire pour la rentrée 2012, à l’égard de la SEGPA.

Il ne comprend pas ce qui motive le choix des services de l’Etat dans la mesure où la SEGPA scolarise les élèves les plus fragiles, ceux dont le parcours scolaire est chaotique. Il estime que ces élèves méritent un encadrement spécifique de qualité qui facilite leur insertion professionnelle et les aide à trouver une place dans notre société.

Il dénonce les suppressions des emplois, susceptibles d’être décidées, actuellement affectés à la SEGPA et qui permettent la constitution d’une équipe enseignante stable et compétente, et leurs remplacements par des vacations assurées par des enseignants à statut précaire ; l’éducation étant un des piliers fondamental à renforcer.

Le Conseil Municipal, réuni en séance ordinaire et après en avoir délibéré, demande que les moyens consacrés à la SEGPA du collège Le Verger d’Auray, en particulier les postes d’enseignants qualifiés, soient maintenus en l’état.

Les faits sont têtus, malgré les discours et les promesses l’école publique subit les foudres des logiques libérales et comptables du Gouvernement. N’est-ce pas le Président-candidat Sarkozy qui a dit : « 20 % de nos jeunes quittent l’école sans qualification, je ne peux m’y résoudre » et rajouté « que tous les enfants sortent de l’école avec le bagage nécessaire pour réussir leur vie d’adulte », mais c’était lors de la campagne de 2007 ; et il nous refait le coup aujourd’hui alors que plus de 60 000 emplois d’enseignants ont disparus depuis lors et que la saignée se poursuit.

Ne laissons pas faire, nos enfants ont besoin de l’école et celle-ci a besoin de moyens pour les préparer à affronter leur vie future.