La première estocade est portée dès le bordereau n° 3 pour demander, comme l’an dernier, une baisse des taux des taxes foncière et d’habitation, au nom du pouvoir d’achat, via l’annulation de la hausse des valeurs locatives de 1,8 % fixée par la loi de finances 2013. Cette mesure, correspondant à un manque à gagner de plus de 125 000 € pour le budget de la ville, se traduit, par foyer fiscal, par un gain annuel de 15 € à 35 €. Certes en ces temps de disette, un sou c’est un sou mais est-ce la demande la plus pertinente ? J’ai souligné en séance, que pour être recevable, la proposition de l’opposition se devait de dire comment elle compense la perte de recettes, soit par une autre recette, soit par une réduction des dépenses comme le précise le Règlement intérieur du Conseil. Réponse : des économies sont possibles… lesquelles ? A quelques mois des élections municipales l’opposition s’est bien gardée de préciser les choses !

Dessin NVO budget 2013Pour ma part cette proposition est loin de répondre aux attentes des habitants d’Auray et d’ailleurs. Dans la période le gouvernement nous impose la réduction des dépenses publiques et une hausse généralisée des prélèvements fiscaux et sociaux en application du Traité de Stabilité, de Coordination et de Gouvernance et sous la surveillance de la Commission de Bruxelles. Cette politique s’accompagne de baisse des dotations aux collectivités locales qui ne tardera pas à aggraver la situation des communes. Aussi toute disposition prise maintenant localement impactera les budgets des années à venir notamment au niveau des capacités à investir.

Feuille d'impôtsAujourd’hui plus qu’hier, pour plus de justice et d’efficacité, une réforme de la fiscalité est nécessaire. Il faut revenir sur la non-indexation des barèmes de l’Impôt sur le Revenu sur l’évolution des prix et la suppression de la ½ part pour les veuves et veufs. Ces mesures, au fil du temps, pénalisent beaucoup plus les foyers que la simple hausse de 1,8 % des valeurs locatives, surtout à Auray où le nombre de retraités est important. Elles impactent le revenu fiscal de référence et conduisent de fait à faire payer de l’impôt à des foyers qui en étaient exemptés jusqu’à présent, qui de ce fait perdent nombre d’avantages telles que les exonérations ou les dégrèvements auxquels ils avaient droits auparavant en matière de taxes foncière ou d’habitation. S’y ajoutent d’autres suppressions d’aides de nature sociales non négligeables comme l’Aide Personnalisée au Logement ou la Redevance audiovisuelle… Autres mesures tout autant pénalisantes, la hausse de la TVA qui frappe injustement les familles.

D’autres solutions existent comme l’ajout de tranches nouvelles d’imposition sur les revenus, la réduction de niches fiscales les moins justes, la lutte contre l’évasion fiscale et la taxation des flux financiers.