Je considère qu’il appartient par conséquent aux communistes d’Auray de définir la voie à suivre dans la mesure où les conditions du rassemblement souhaité ne sont pas totalement réunies à mes yeux. Pour ma part, sans préjuger de leur décision, en tant qu’homme libre et engagé, je reste disponible pour mettre mes compétences, mon expérience d’élu et mes savoirs au service des Alréennes et des Alréens.

Dans quelques mois ils seront appelés à faire un choix important pour la ville d’Auray, mais pas seulement. Il ne s’agit pas de se satisfaire d’une continuité mais d’écrire une nouvelle page d’histoire ensemble. Dans le contexte politique et social d’aujourd’hui il est urgent d’être porteur d’une vision et d’une ambition qui projettent Auray, ville centre, et le Pays d’Auray dans le XXIème siècle, et ce avec la nouvelle intercommunalité naissante au 1er janvier 2014 qui va prendre de l’importance dans les mois à venir. C’est pour moi l’avenir des 80 000 femmes et hommes de notre territoire qui se joue, voire de la Bretagne en ces temps difficiles pour l’emploi.

Avec celles et ceux qui le souhaitent je suis prêt à y travailler pour qu’Auray rayonne au sein du Pays d’Auray, entre Vannes et Lorient et au delà en plaçant le refus de l’austérité, la solidarité, la défense des services publics, le développement de l’emploi et la démocratie au cœur de mon action.